Selenicereus Grandiflorus

Selenicereus, du grec Séléné, déesse grecque de la lune et cereus, « cierge » en référence à l’ouverture nocturne de ses énormes fleurs (30 cm) appelées “Reines de la nuit”. Comme dans un film en acceleré, la fleur s’ouvre sous vos yeux en exhalant un parfum puissant à la vanille. Selenicereus est cultivée à grande échelle par l'industrie pharmaceutique pour en extraire un substitut de la digitaline (tonicardiaque). Ces grandes grimpantes epiphytes originaires du Mexique et d’Amérique du Sud ont de fines tiges tubulaires qui s’accrochent aux troncs des arbres par des racines aériennes.
info@notabenejardin.com

Epiphyllum Anguliger

Fait partie des epiphytes qui poussent dans la cime des arbres de la forêt tropicale et leurs fleurs parfumées s’ouvrent la nuit. Il est connu sous le nom de cactus “crémaillère” pour ses tiges très découpées. Idéalement, il est cultivé en pannier suspendu afin que ses tiges dentelées, d’abord dressées, forment ensuite une énorme touffe retombante très graphique. Autrement, en pleine terre, il escaladera rapidement un arbre ou un mur. Cet epicactus pousse vite et ne présente aucune difficulté. Le fruit est comestible, très proche du fruit du pitaya appartenant au genre parent Hylocereus, bien que moins gros, et long de trois à quatre cm seulement.

Rhipsalis

Du mot grec « rhips » : jonc tressé, le rhipsalis est une plante décorative étonnante, d'une grande diversité d'aspects, robuste et d'entretien facile, il n'y a aucun risque à se lancer dans sa culture. Les tiges retombantes, tubulaires ou foliaciées, ont valu à cette plante le surnom de cactus gui. La plupart des espèces de rhipsalis vivent en épiphyte dans les forêts tropicales, dans les creux et anfractuosité des arbres, sur ou sous les grosses branches, en les utilisant comme support, sans les parasiter. Certaines espèces s'accrochent au rochers.

Aporophyllum

Aporophyllum est une collection d’hybrides intergénériques obtenus par le croisement d’espèces de “Aporocactus” avec des hybrides de “Epiphyllum”. Ces cactés epiphytes ont de grandes fleurs ouvertes, oranges, rouges cerise, écarlattes, violettes ou blanches. Les tiges peuvent atteindre 2 mètres de long. Les hybrides ont hérité des caractéristiques du genre Aporocactus, qui à l’état sauvage, poussent dans les arbres ou les crevasses rocheuses. Elles conviennent parfaitement à la culture en panier suspendu. Elles fleurissent dès le début du printemps, offrant une profusion de fleurs.

Hoya Australis

Cette plante tient son nom d'un anglais, Thomas HOY, jardinier en chef du château de Sion, en Angleterre. Le genre appartient à la famille des Apocynaceae, sous- famille des Asclepiadaceae, il est en compagnie de succulentes comme les Stapelias, les Huernias et les Hoodias. Hommage à l’élégance, petit bijou végétal, appelé aussi “fleur de cire”, ou encore “orchidée du monde succulent”, cette plante vous surprend par la beauté de ses fleurs charnues et cireuses : des « ombelles », composées de dizaines de petites étoiles dressées, agréablement odorantes et dont la complexité n’est rivalisée que par les orchidées.

Edgeworthia

Les japonais cultivent cet arbuste à grande échelle depuis plus de 200 ans pour la fabrication de papiers de très grande qualité. Le gouvernement Japonais l'utilise pour la confection de billets de banque. Mais son succès vient de sa floraison hivernale très très parfumée, précieuse dans un jardin. Son nom a été donné en hommage à Michael Packenham Edgeworth, un botaniste amateur, employé de la Compagnie des Indes. Il s'agit d'un arbuste caduc à port arrondi, pouvant atteindre 1,50 m de haut et de large. Sa floraison intervient de janvier à mars, à l'extrémité des rameaux de l'année précédente.

Epiphyllum Anguliger

Fait partie des epiphytes qui poussent dans la cime des arbres de la forêt tropicale et leurs fleurs parfumées s’ouvrent la nuit. Il est connu sous le nom de cactus “crémaillère” pour ses tiges très découpées. Idéalement, il est cultivé en pannier suspendu afin que ses tiges dentelées, d’abord dressées, forment ensuite une énorme touffe retombante très graphique. Autrement, en pleine terre, il escaladera rapidement un arbre ou un mur. Cet epicactus pousse vite et ne présente aucune difficulté. Le fruit est comestible, très proche du fruit du pitaya appartenant au genre parent Hylocereus, bien que moins gros, et long de trois à quatre cm seulement.

Selenicereus Grandiflorus

Selenicereus, du grec Séléné, déesse grecque de la lune et cereus, « cierge » en référence à l’ouverture nocturne de ses énormes fleurs (30 cm) appelées “Reines de la nuit”. Comme dans un film en acceleré, la fleur s’ouvre sous vos yeux en exhalant un parfum puissant à la vanille. Selenicereus est cultivée à grande échelle par l'industrie pharmaceutique pour en extraire un substitut de la digitaline (tonicardiaque). Ces grandes grimpantes epiphytes originaires du Mexique et d’Amérique du Sud ont de fines tiges tubulaires qui s’accrochent aux troncs des arbres par des racines aériennes.

Rhipsalis

Du mot grec « rhips » : jonc tressé, le rhipsalis est une plante décorative étonnante, d'une grande diversité d'aspects, robuste et d'entretien facile, il n'y a aucun risque à se lancer dans sa culture. Les tiges retombantes, tubulaires ou foliaciées, ont valu à cette plante le surnom de cactus gui. La plupart des espèces de rhipsalis vivent en épiphyte dans les forêts tropicales, dans les creux et anfractuosité des arbres, sur ou sous les grosses branches, en les utilisant comme support, sans les parasiter. Certaines espèces s'accrochent au rochers.

Aporophyllum

Aporophyllum est une collection d’hybrides intergénériques obtenus par le croisement d’espèces de “Aporocactus” avec des hybrides de “Epiphyllum”. Ces cactés epiphytes ont de grandes fleurs ouvertes, oranges, rouges cerise, écarlattes, violettes ou blanches. Les tiges peuvent atteindre 2 mètres de long. Les hybrides ont hérité des caractéristiques du genre Aporocactus, qui à l’état sauvage, poussent dans les arbres ou les crevasses rocheuses. Elles conviennent parfaitement à la culture en panier suspendu. Elles fleurissent dès le début du printemps, offrant une profusion de fleurs.

Hoya Australis

Cette plante tient son nom d'un anglais, Thomas HOY, jardinier en chef du château de Sion, en Angleterre. Le genre appartient à la famille des Apocynaceae, sous- famille des Asclepiadaceae, il est en compagnie de succulentes comme les Stapelias, les Huernias et les Hoodias. Hommage à l’élégance, petit bijou végétal, appelé aussi “fleur de cire”, ou encore “orchidée du monde succulent”, cette plante vous surprend par la beauté de ses fleurs charnues et cireuses : des « ombelles », composées de dizaines de petites étoiles dressées, agréablement odorantes et dont la complexité n’est rivalisée que par les orchidées.

Edgeworthia

Les japonais cultivent cet arbuste à grande échelle depuis plus de 200 ans pour la fabrication de papiers de très grande qualité. Le gouvernement Japonais l'utilise pour la confection de billets de banque. Mais son succès vient de sa floraison hivernale très très parfumée, précieuse dans un jardin. Son nom a été donné en hommage à Michael Packenham Edgeworth, un botaniste amateur, employé de la Compagnie des Indes. Il s'agit d'un arbuste caduc à port arrondi, pouvant atteindre 1,50 m de haut et de large. Sa floraison intervient de janvier à mars, à l'extrémité des rameaux de l'année précédente.